Espace Abonnés


Annuaires

Les fiches pratiques

La chronique de
Brigitte PiquetPellorce

Le Bestiaire du JPA

Recherche Adoption

La vraie vie du lapin

par Yannick Thoulon

Comment offrir des conditions de vie décentes à son lapin ? Tout d’abord, une question s’impose : qu’est-ce qu’un lapin ? Si vous pensez qu’un lapin est un rongeur qui vit en cage, mange du pain et des mélanges de céréales, a une espérance de vie de 3-4 ans et est un parfait compagnon pour les enfants, vous avez faux sur toute la ligne ! Cet article est fait pour vous

Le lapin est un lagomorphe (et non un rongeur) qui vit en grands groupes dans des garennes (larges étendues mêlant espaces boisés et prairies). C’est un herbivore strict (il ne mange donc pas de céréales), une proie qui a l’instinct de fuite et un grand sens territorial. Nous espérons que cet article vous donnera envie d’offrir à votre lapin des villes des conditions de vies les plus proches possibles de celles de ses congénères des champs.

Le cadre de vie
Avant tout, précisons que dans de bonnes conditions, le lapin de compagnie a une espérance de vie de 8-11 ans (maintenant qu’on se soucie plus de leurs conditions de vie, on commence même à voir des lapins de 12 ans). Quand vous en prenez un, vous vous engagez donc sur le long terme. Comme on l’a dit, le lapin est une proie. C’est donc un animal assez craintif (et facilement cardiaque, de surcroît) qui n’aime pas être manipulé brutalement ou soulevé du sol. Il n’est donc pas adapté pour un très jeune enfant qui chercherait un compagnon à cajoler. En revanche, pour un pré-ado, un adolescent ou un adulte, et à condition qu’on lui laisse sa liberté, c’est un animal de compagnie très sympathique et intéressant, assez proche du chat (câlin à ses heures, il a aussi ses moments d’indépendance et de tranquillité).

Le lapin et la liberté
Avant tout, le lapin a besoin de gambader plusieurs heures par jour. Pour cela, il faut avoir pris le temps de l’éduquer à ne pas tout grignoter et bien sûr avoir sécurisé les pièces qui lui sont autorisées (gainage des fils électriques…). La liberté, ça s’apprend. En lui laissant progressivement de plus en plus d’espace, sous surveillance au début, on peut finir par le laisser en liberté totale dans l’appartement, jour et nuit. Evidemment, il ne faut pas être trop matérialiste au début, mais après quelques mois de vigilance, un lapin peut rester en liberté sans faire aucun dégât. Il est relativement facile d’apprendre à son lapin à faire ses besoins dans un endroit précis, à condition qu’il soit stérilisé (un bac et une litière végétale dans un coin tranquille l’aideront à être propre).

L’habitat
Qu’il vive en liberté totale ou en semi-liberté, un lapin doit bénéficier d’un endroit calme où il pourra se réfugier. Sa cage devra mesurer au minimum 100x60 cm et être équipée d’un bac à litière, d’un coin « dodo » (une cabane possédant au moins deux issues de secours), d’un ratelier ou bac à foin. Il existe aussi des clapiers à deux étages très bien conçus. Dans tous les cas, sa cage ou son clapier ne doivent constituer que le cœur d’un territoire plus large. Si vous ne voulez pas laisser votre lapin en liberté totale, vous pouvez au moins lui fabriquer un enclos autour de sa cage. Attention, un lapin qui passe sa vie entière enfermé dans sa cage risque de devenir très territorial, et donc relativement agressif lorsque l’on veut y mettre les mains (il peut aller jusqu’à mordre jusqu’au sang) ! Plus le territoire qu’on lui offre est vaste, moins il ressentira le besoin de le défendre bec et ongles (enfin, dents et griffes).

L’alimentation
Le lapin est un herbivore strict. Les mélanges de graines que l’on trouve dans beaucoup d’animaleries ne sont pas adaptés, car trop riches en calories, en sucres, en calcium et en céréales. Le foin (de bonne qualité, bien vert avec de longues fibres) doit constituer la base de son alimentation. Ensuite viennent les légumes verts (attention, si le lapin n’en a jamais mangé, il faut l’habituer très progressivement, afin que la flore intestinale se reconstitue correctement) : salades (sauf laitue), céleri, fenouil, chou (en petite quantité), endives (en petite quantité), pissenlits, plantain, fanes de carottes, branches et feuilles de noisetier ou de frêne, feuilles de fraisier ou de mûrier, orties, navets… Les fruits et les carottes doivent être donnés exceptionnellement à titre de friandise, car ils sont très caloriques. On peut compléter ce régime à l’aide d’un peu de granulés de bonne qualité (à ne pas confondre avec les mélanges de graines). Pour l’alimentation, consulter le site Marguerite et Cie

Le lapin et les hormones
Bébé, le lapin est en général très sympathique et assez câlin. Vers 4-6 mois, à l’adolescence, ses hormones commencent à le travailler et il peut devenir plus caractériel et territorial. Si votre lapin n’est plus propre du tout et devient agressif, une des premières solutions est la stérilisation. Ainsi, il s’apaisera et redeviendra plus propre. Le lapin est un animal fragile, il est donc fortement conseillé de choisir un vétérinaire qui utilisera une anesthésie gazeuse lors de l’opération.

Adopter un lapin
N’hésitez pas à adopter un lapin adulte. Il sera plus facile à éduquer et aura passé le cap difficile de l’adolescence. Et puisque son espérance de vie est presque équivalente à celle d’un grand chien, on aura tout loisir de passer de nombreuses années avec lui ! Pour plus d’info sur l’habitat, le mode de vie, l’alimentation, le comportement ou la santé de votre lapin, un excellent site de référence :www.margueritecie.com.


Partager :



Laisser un commentaire :

Nom * Requis
Email * Requis, non affiché
Anti robots - Combien font 1 + 1 * Requis, répondre par un chiffre

Vos réactions

Par feral jacques, le 05-12-2014

bon article ! ... ... ... merci à marguerite !

Par catherine charnay, le 28-11-2013

moi j ai des lapins béliers,ce sont des animaux extraordinaires aussi malins calins que beaux,j ai aussi des lapins nains trois femelles qui vivent ensembles dans une cabane en bois elles sont inséparables se font des calins sans arret elles sont formidables.La maman belier avant d avoir ses petits dormait dans la cabane de ma chienne griffon qui veille sur eux comme si cétait ses petits.J'ai 9bébés béliers a vendre.Mais je ne veux pas prendre le risque qu'ils soient malheureux alors je pense que je vais les garder.Les lapins sont extrêmement sensibles a tout ce qui se passe.Ils aiment aussi la compagnie de mes ch

Par leroux, le 14-08-2013

j' ai bien aimer l' histoire du lapin parce-que c' est très original et parce-que j' aime les animaux