Espace Abonnés


Annuaires

Les fiches pratiques

La chronique de
Brigitte PiquetPellorce

Le Bestiaire du JPA

Recherche Adoption

Un poisson rouge faut que ça bouge !

Par Nicole Robert

Le poisson rouge appartient à la famille des cyprinidés, comme la carpe.

Il est originaire de la Chine ou il est élevé et sélectionné depuis plus de 1000 ans. Sa domestication apparait déjà en 970 avant Jésus Christ.

Il en existe de très nombreuses variétés et ses caractéristiques actuelles sont le fruit d’une succession de sélection qui a conduit à des spécimens présentant des signes particuliers comme la nageoire caudale double, les yeux exorbités, la tête de lion…

Les couleurs mais également la morphologie des poissons ont ainsi été modifiées au fil du temps et des mutations

Sa longévité varie de 5 à 10 ans mais il n’est pas rare qu’il atteigne les 20 ans. Un poisson rouge en Angleterre a même battu le record de 43 ans !

Sa taille, selon les différentes espèces, s’échelonne entre 12 et 40 centimètres, selon qu’il est élevé en aquarium ou en bassin.

Le poisson rouge est omnivore (vers, larves) mais également les plantes aquatiques – c’est un animal volontiers gourmand en aquarium et il faut donc veiller à ne pas le suralimenter.
Il est doté d’un comportement pacifique et sociale ; c’est un poisson d’eau froide qu’il ne faut pas mélanger avec des poissons tropicaux qui eux nécessitent une température d’eau plus élevée.
Le poisson respire par ses branchies (poumons), placées de chaque côté de la tête, qui diffusent l’oxygène de l’eau dans son sang – il avale l’eau par la bouche et la rejette ensuite par ses ouïes. Cependant l’oxygène dans l’eau est nettement moins disponible que dans l’air et diminue quand la température augmente.
Le poisson se meut grâce aux fonctions distinctes de ses différentes nageoires. La nageoire caudale (queue) propulse le poisson. Les nageoires anales et dorsales ont une fonction stabilisatrice et les nageoires pectorales et pelviennes permettent aux poissons d’ajuster sa trajectoire.
Les nageoires, caudales, anales et dorsales sont impaires. Les pelviennes et pectorales sont paires.

Le poisson rouge dispose de 6 sens :

  • L’odorat : il est développé car il lui permet de rechercher sa nourriture
  • Le goût : il possède des papilles gustatives dans la bouche et parfois sur les nageoires pelviennes.
  • Le toucher : Le poisson est sensible au toucher même s’il ne possède pas de barbillons comme sa cousine la carpe
  • L’Ouïe : il dispose d’une oreille interne. il entend très bien dans l’eau d’autant que les sons se propagent plus vite sous l’eau que dans l’air.
  • La vue : il n’a pas de paupières qui seraient d’ailleurs inutiles dans l’eau. (la paupière ayant pour but d’humidifier l’œil) Il a une vision monoculaire quasiment panoramique ; il voit dans deux directions à la fois et le cerveau a la capacité d’analyser deux objets différents en même temps. Il a une excellente vision dans l’obscurité
  • La ligne latérale : cette ligne s’étend de la tête jusqu’à la queue ; elle permet au poisson de détecter des changements infinis et notamment, à des bancs de poissons de ne jamais se heurter ou d’appréhender des prédateurs.
  • Du fait de ses conditions faciles d’élevage et de sa résistance (à condition de prendre les espèces qui n’ont pas subi de modifications génétiques trop importantes), on ne peut que le conseiller aux aquariophiles débutants
    Le poisson rouge est l’un des animaux domestiques préférés des enfants et des parents, en raison :
    .de son prix d’achat modeste (entre 3 & 4 euros l’unité), de son élevage aisé
    Il ne provoque aucune allergie (pas de poils…) aucun bruit, et n’oblige à aucune sortie en laisse !
    Pour les vacances, il n’est point besoin de faire appel à une nounou, pour un court séjour.

    Dites "Non" au bocal rond !

    Le poisson rouge est résistant à condition toutefois de respecter quelques règles élémentaires.
    Il faut veiller à lui offrir un aquarium spacieux en prévoyant un aérateur et un changement d’eau par tiers tous les 2 à 3 semaines environ –
    Le volume d’eau doit être suffisamment important pour lui permettre d’évoluer librement et si possible avec d’autres congénères, le poisson rouge étant un animal grégaire.
    Le fameux et célèbre bocal rond est à éviter absolument pour les raisons suivantes :

  • dans ce petit aquarium, les températures de l’eau varient trop vite du fait de son petit volume d’eau
  • le poisson étant un gros pollueur, il salit rapidement son environnement restreint
  • la faible surface de l’eau rend les échanges gazeux très faibles et limite ainsi l’oxygène qui est nécessaire à la vie du poisson

    Dans ce petit aquarium, le poisson a donc une croissance limitée et voit son espérance de vie largement diminuée.

  • Aussi, le bocal rond est-il à proscrire totalement. Certains pays comme l’Italie, l’Allemagne et les Pays Bas ont d’ores et déjà interdit la vente de ces aquariums ronds qui ne respectent aucunement les besoins vitaux de l’animal.
    La loi 76-529 du Juillet 1976 relatif à la protection de la nature, indique dans son Chapitre « protection de l’animal : ….tout animal étant un être sensible doit être placé par son propriétaire dans des conditions compatibles avec les impératifs biologiques de son espèce.. »
    Aussi, la vie rêvée d’un poisson rouge ne doit pas commencer dans une fête foraine et se terminer 15 jours plus tard dans le tourbillon…. de la cuvette des toilettes.
    Le sort de ces animaux offerts dans les fêtes foraines, pour naviguer dans un bocal, ne laisse pas indifférents certains politiciens et notamment Monsieur Jean-Jacques CANDELIER, député du Nord, qui a attiré l’attention du Secrétaire d’Etat chargé du Commerce et de l’Artisanat, sur le bien être des poissons rouges et leur utilisation : « …Les boules en verre ne peuvent être écologiquement et biologiquement considérées comme des aquariums. Un volume de trente litres est le minimum nécessaire à la maintenance correcte de l’espèce des poissons rouges Carassius auratus. Les aquariums doivent en outre être équipés d’un filtre et d’un aérateur, sans quoi la vie aquatique devient vite un véritable calvaire. Par ailleurs, les cadeaux de poissons rouges lors de foires et autres fêtes foraines se font en infraction avec l’article L214-4 du code rural et de la pêche maritime….. »

    La mémoire du poisson rouge

    En dernier point, nous évoquerons la mémoire du poisson rouge, laquelle bien sûr, n’est en rien comparable à celle des éléphants ! Une idée reçue, précise que les poissons rouges n’auraient que 3 secondes de mémoire ! Il semblerait pourtant, qu’ils retiennent en mémoire, des morceaux de musique. Des scientifiques Japonais ont appris ainsi à plusieurs poissons rouges à différencier la musique classique de BACH de celle de STRAVINSKY. Ils ont abouti à la conclusion que ces animaux étaient capables de distinguer la musique dans 75% des cas. Le poisson rouge, comme de nombreux autres animaux, serait donc mélomanes……
    D’autres études ont démontré que les poissons savent reconnaitre un son qui est associé au repas (comme le réflexe de Pavlov chez les chiens) et ce même après avoir retrouvé leur liberté, plusieurs mois plus tard ! Nous avons encore beaucoup à apprendre de nos animaux domestiques. Mais il est temps maintenant de laisser dormir notre poisson rouge – ce dernier effectivement a des périodes d’inactivité et de repos assimilables à du sommeil ; il s’immobilise entre deux eaux et devient moins réactif aux stimuli de son environnement pendant sa période de repos. D’Ailleurs, selon un dicton, à quoi serviraient les lits des rivières, si les poissons ne dormaient pas !

    Sites à consulter :
    http://www.ivanov.ch/PR/poissons-rouge.htm
    http://www.aquacosmos.com/poisson-rouge-article-20

    Le poisson rouge a également son association : http://www.lepoissonrouge.org/

    Partager :



    Laisser un commentaire :

    Nom * Requis
    Email * Requis, non affiché
    Anti robots - Combien font 1 + 1 * Requis, répondre par un chiffre

    Vos réactions

    Par SOLÈNE , le 02-01-2016

    Merci pour ce bel article qui redonne sa place au Poisson Rouge. Celle d'un animal, domestique de surcroit ,donc avec les contraintes que cela implique. C'est bien l'espèce qui compte le plus d'individus maltraités. À quand l'interdiction du bocal au niveau européen ? Ce qui limiterait probablement les achats irreflechis car pas chers. Une plante est souvent mieux traitée car plus onéreuse...