Espace Abonnés


Annuaires

Les fiches pratiques

L'annuaire du JPA

Le Bestiaire du JPA

Recherche Adoption

Faut-il encore adhérer à la SPA de Paris ?

par Alain Lambert

Pour nous la réponse est « Oui », trois fois oui ! Pour le comprendre, il est utile de revenir sur l’administration récente de la SPA de Paris. Car l’histoire de la vénérable institution est symptomatique d’un mal qui ronge le pays : le manque de démocratie.

Une gestion calamiteuse avant la mise sous tutelle

On se rappellera longtemps de Philippe Séguin, devant les caméras, pointant du doigt la gestion et les dysfonctionnements de la SPA de Paris. Il est vrai qu’en matière de direction la Société protectrice des Animaux n’a pas été gâtée ces vingt dernières années. La condamnation de Jacqueline Faucher pour abus de confiance en 2007, les deux millions et demie perdus dans la création du chenil fantôme de Valmasque en 2008 par Caroline Lanty et les guerres intestines de ses 24 administrateurs pendant les périodes de présidence de Serge Belais et de Virginie Poque Saint Jean ont montré à quel point diriger cette institution séculaire n’est pas une mince affaire. Le rapport du Président de la cour des comptes de Paris déclencha une décision de justice exceptionnelle : la mise sous tutelle de cette institution parisienne dont dépendait 58 refuges, plus de 500 salariés et plusieurs milliers de bénévoles sur l’ensemble du territoire national. La nomination en novembre 2009 par le tribunal d’une administratrice judiciaire toute puissante, Maître Michèle Lebossé, a-t-elle permis une meilleure gestion de la vénérable institution ?

Manteau de fourrure, colliers de perles et disparition progressive des adhérents

La SPA est une vieille dame. Certes ! Mais pouvait-on la mettre sous tutelle comme on le fait pour une millionnaire des beaux quartiers ? Rien n’est moins sûr car nommer cette administratrice à la tête de la SPA de Paris était aussi fin que de donner le pouvoir à un loup dans une bergerie. Cette adepte des colliers de perles et des manteaux de fourrure était-elle la personne adaptée d’un point de vue moral pour représenter la plus ancienne association de défense de la cause animale ? On peut en douter. L’action de Maître Lebossé était le moins qu’on puisse dire très singulière. Comme le souligne le canard enchaîné , initialement nommée pour six mois, elle restera trois ans et demi au siège de la SPA de Paris, (son cabinet empochera pendant cette période 1.2 million d'euros )jusqu'à l’élection de Natacha Harry (chroniqueuse à télé matin mais surtout communicatrice de la marque pedigree et des animaleries Jardiland) en juin 2013. Une nouvelle présidente qui n’était même pas adhérente de l’association au début de l’année de son élection…

Grâce à Maître Lebossé, Natacha Harry devient présidente de la SPA avec 911 voix …

La vision du redressement économique de la SPA de Paris par Maitre Lebossé était étonnante mais sa vision du fonctionnement juridique de l’association est encore plus passionnante. Le nombre d’adhérents influe énormément sur le fonctionnement démocratique d’une association. L’élection de Natacha Harry à la tête de la SPA de Paris en est la démonstration. Peut être, vous demandez vous comment une chroniqueuse télé qui n’était pas adhérente deux mois avant son élection a pu devenir présidente de cette association si facilement ? Voici l’explication ! Les trois années et demi d’administration judiciaire ont été catastrophiques en terme d’adhésion pour la SPA de Paris. En novembre 2009, à la prise de fonction de Maître Michèle Lebossé, elle comptait 70 762 adhérents. A la sortie (officielle) de l’administratrice toute puissante elle n’en comptait plus que 17 896. Pourtant comme le soulignait Natacha Harry, la nouvelle présidente propulsée tête de liste par l’administratrice « le montant des adhésions de la SPA n’influence pas grandement le fonctionnement de la SPA qui fonctionne en réalité grâce aux legs et aux dons ». Il est vrai que la disparition des trois quarts des adhérents n’a pas influée sur le fonctionnement financier de l’association. En revanche, il a été déterminant dans l’élection de Natacha Harry puisqu’elle a été élue avec 911 voix. Cerise sur le gâteau électoral, le système de vote par procuration mis en place par l’administratrice judiciaire a permis à certains adhérents proches de maître Lebossé de voter dix fois. L’affaire était jouée d’avance…

Faut-il encore adopter des animaux dans les refuges de la SPA de Paris ?

Evidemment ! Car il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain. Les 500 salariés et les milliers de bénévoles qui travaillent dans les 56 refuges de la SPA de Paris méritent votre soutien ! Plus que jamais il faut adopter les chiens et les chats de la vénérable institution, ils n’ont pas à faire les frais de la mauvaise administration récurrente de l’association. Non seulement il faut adopter ses animaux mais il faut adhérer en masse pour redonner un fonctionnement démocratique à cette institution…


les pages du JPA sur l'économie de la protection animale :

  • La directrice Brigitte Piquetpellorce démissionne de la SPA de Paris !
  • Pour que la SPA arrête d'acheter du Natacha par ci et du Natacha par là !
  • L'article du canard enchainé du 21/05/2014 "Gestion bestiale à la SPA"
  • Lettre à Natacha, présidente de la SPA
  • Où va l'argent de la protection animale ?

  • L'article du canard enchainé du 11/12/2013 "A la SPA, on se goinfre sur la bête"
  • La pétition "Madame la présidente de la SPA, Natacha Harry, pourriez-vous démissionner ?"

  • Faut-il donner à 30 millions d'amis ?
  • Lettre à Réha: "Où va l'argent de la fondation 30 millions d'amis ?"
  • La pétition "Pourriez-vous déposer les comptes de votre société PRO TV ?"

  • Leçons de protection animale
  • Partager :



    Laisser un commentaire :

    Nom * Requis
    Email * Requis, non affiché
    Anti robots - Combien font 1 + 1 * Requis, répondre par un chiffre