Espace Abonnés


Annuaires

Les fiches pratiques

L'annuaire du JPA

Le Bestiaire du JPA

Recherche Adoption

La protection juridique des animaux domestiques en France

Une législation assez complexe s’occupe actuellement des animaux domestiques en France ; plusieurs branches du droit, du droit de l’environnement au droit pénal, passant par le droit civil et le droit rural se penchent sur les questions concernant les animaux, à savoir leur protection, la responsabilité de leur maître, la réglementation des activités d’expérimentation, d’utilisation de l’animal dans l’alimentation, la chasse, l’agriculture, le transport et la détention d’animaux vivants.

LE DROIT CIVIL

Selon le code civil, l’animal est assimilé à un bien. Les biens se distinguent en biens meubles (art. 528 du code civil), auxquels appartiennent les animaux, et immeubles. En ce faisant, le législateur a voulu assimiler les droits que le maître a envers l’animal à un droit de propriété sur un bien susceptible d’être évalué économiquement. Cela dit, au fils des années, les prérogatives du propriétaire se sont amoindries et aujourd’hui, pour ce qui nous intéresse le plus, le propriétaire n’a plus le droit d’abandonner impunément son animal, ni peut l’utiliser abusivement ou le mettre à mort d’une façon cruelle. La jurisprudence oscille entre une interprétation assez stricte de l’animal en tant que bien mobilier, et une interprétation qui tient compte, dans certains cas, de la nature d’être vivant sensible, ainsi que de l’aspect affectif. Le droit civil est en effet encore en décalage par rapport à la protection de l’animal en tant que être vivant. C’est pourquoi la Charte de l'animal, une loi votée le 10 juillet 1976 par le Parlement à l’article 9 lui reconnaît sa nature d’être sensible et le Code rural, à l’art. L 214-1 prévoit :

« tout animal, étant un être sensible, doit être placé par son propriétaire dans des conditions compatibles avec les impératifs biologiques de son espèce ».

LE DROIT PENAL

La première loi de protection des animaux domestiques prévoyant des conséquences sur le plan pénal est constituée par la loi dit « Loi Grammont » : votée le 2 juillet 1850, à l'instigation du général - comte Jacques Delmas de Grammont (1796/14 juin 1862, député de la Loire, Pt de la SPA depuis le 22 mars 1850). La Loi Grammont prévoyait ce qui suit : « Seront punis d'une amende de 5 à 15 F et pourront l'être d'un à 5 jours de prison ceux qui auront exercé publiquement et abusivement de mauvais traitements envers les animaux domestiques. La peine de la prison sera toujours applicable en cas de récidive. L'article 483 du Code pénal sera toujours applicable. » Cette première loi n’est qu’un début en peu timide et très limité, car il fallait que les mauvais traitements aux animaux domestiques soient cumulativement abusifs et publics. Cela n’empêchait toutefois d’exercer de telles pratiques « en privé ».
En 1937 cette loi est renforcée par une amende de 762 € et l’emprisonnement était possible (jusqu'à 10 mois) pour ceux qui se livraient à la torture ou à des sévices sur les chiens et autres animaux domestiques. Aujourd’hui il existe une distinction posée dans le Code pénal entre les

  • - Mauvais traitements (Article R 654-1) :

    « le fait, sans nécessité, publiquement ou non, d’exercer volontairement des mauvais traitements envers un animal domestique ou apprivoisé ou tenu en captivité ».

  • - Atteintes involontaires à la vie ou à l’intégrité d’un animal (Article R 653-1) :

    « le fait, par maladresse, inattention, négligence ou manquement à une obligation de sécurité ou de prudence imposée par la loi ou les règlements, d’occasionner la mort ou la blessure d’un animal domestique ou apprivoisé ou tenu en captivité ».

  • - Les atteintes volontaires à la vie d’un animal (Article 655-1) :

    « le fait, sans nécessité, publiquement ou non, de donner volontairement la mort à un animal domestique ou apprivoisé ou tenu en captivité ».

  • Qualifiés en tant que contraventions et les Sévices graves ou actes de cruauté Article 521-1 (modifié par la loi 99-5 du 6 janvier 1999 et par la loi 2004-204 du 9 mars 2004) : 2 ans d'emprisonnement et 30 490 € d'amende pour avoir exercé des sévices graves ou de nature sexuelle, ou commis un acte de cruauté envers un animal domestique, apprivoisé ou tenu en captivité. À titre de peine complémentaire, le tribunal peut interdire la détention d'un animal, à titre définitif ou non. Les mêmes peines s’appliquent en cas d'abandon volontaire d'un animal domestique, apprivoisé ou tenu en captivité, à l'exception des animaux destinés au repeuplement.

    Partager :



    Laisser un commentaire :

    Nom * Requis
    Email * Requis, non affiché
    Anti robots - Combien font 1 + 1 * Requis, répondre par un chiffre

    Vos réactions

    Par florence cardon, le 03-12-2014

    Bonjour,
    Amoureuse des animaux, je suis bénévole dans un refuge et je suis abonnée à des associations de protection des animaux qui m'adressent par mail régulièrement des vidéos, images, et commentaires infâmes de ce que l'homme inflige à l'animal (mauvais traitement, pendaison, oeil arraché, chien égorgé, chat éventré, etc....). Je me demande pourquoi il faut signer des pétitions en permanence pour voir les droits des animaux appliqués et pour que les personnes cruelles soient sanctionnées comme il se doit.
    Que faut-il faire pour que l'animal soit reconnu comme un être vivant constitué d'un coeur et d'une sensibilité à la douleur, de même que l'être humain a des droits et que quiconque ne les respecte pas sera sanctionné.
    Cordialement.

    Par chanel marc, le 02-08-2014

    Bonjour
    Que puis je faire contre mon voisin qui a involontairement ecrasé mon chat, qui etait attaché, devant ma porte de cave.
    Je tiens mon chat attaché dans une cave voutée avec acces sur l exterieur ( voie cul de sac) et mon voisin s est garé devant ma porte de cave et a ecrasé mon chat en repartant, il ne s est pas arreté ,certainement ne s en est il pas rendu compte par contre depuis cet accident , notre voisin n est pas venu nous voir , s excuser etc..
    Le chat a subi deux operations avec beaucoup de dommages.
    Le comportement de mon voisin me degoute, pour cela je voudrais porter plainte mais quels sont mes droits?
    En vous remerciant
    Cordialement

    Par samailloute, le 15-04-2014

    Protéger les animaux dont on a la responsabilité devrait entrainer la responsabilité des dégâts fait par ces animaux.
    Les chats domestiques sont directement responsable de la disparition d'une dizaine d'espèces sauvages dans le monde, et de la régression dramatique de nombreux oiseaux et micro mammifère vivant prés de l'homme. Les chats sauvages n'ont jamais créer de telles destructions parce-que leur densité est 10.000 fois plus faible en forêt que celle des chats domestiques en banlieues, de plus ils chassent de préférence la nuit et doivent se nourrir seul. Ils ne peuvent se permettre de stationner plusieurs jour sous le nid d'un fringilidé en attendant que les poussins tombent du nid.
    Tous les vrais écologistes (scientifiques) s'accordent à dire qu'ils sont les plus nuisibles à l'environnement de tous les animaux invasifs (à part l'homme évidement).
    Ils suffiraient que les propriétaires ne laissent pas vaquer leur chats en liberté, comme le font les propriétaires d'autres animaux ou ceux dont les chats ont une valeur économique importante, pour que ne soit pas réclamé l'éradication de tout les chats comme en nouvelle Calédonie ou d'autre iles.
    L'égocentrisme de ces propriétaires de chats ne devraient prévaloir, légalement, sur le droit à la biodiversité des autres amoureux des animaux.