Espace Abonnés


Annuaires

Les fiches pratiques

La chronique de
Brigitte PiquetPellorce

Le Bestiaire du JPA

Recherche Adoption

B comme Blessé

Que faire quand on trouve un animal blessé ?

On a tous déjà entendu dans notre entourage quelqu’un dire qu’il avait renversé un sanglier ou un cerf en forêt. Bien souvent, cela arrive la nuit, car les animaux sont éblouis par les phares, et complètement aveuglés, ils surgissent paniqués et traversent la route.

Même avec la meilleure volonté du monde, il se peut qu’un jour vous heurtiez un cerf, un chamois, un sanglier ou un chevreuil. C’est horrible mais si cela vous arrive voici ce qu’il faut faire, sachant que l’important est d’être très réactif pour abréger les souffrances de l’animal :

Si l’animal est blessé suite à un accident de la route, que ce soit vous qui l’ayez percuté en voiture ou un autre conducteur, contactez de toute urgence les autorités telles que la Police en composant le 17, la Gendarmerie ou la Mairie du lieu où vous vous trouvez.

Il est important de prévenir le Maire, car selon le Code Général des Collectivités Territoriales, il a le devoir d’assurer la sécurité publique de sa commune et donc, d’intervenir. Donnez votre position exacte avec précision.

Que ce soit le Maire, la Gendarmerie ou la Police, eux seuls sont habilités à mandater un agent assermenté qu’il soit de l’ONCFS ou garde champêtre ou encore un particulier possédant une arme à feu afin de l’abattre si son cas est désespéré ou pour tenter de le sauver s’il n’est que partiellement blessé. S’il s’agit d’une espèce protégée, tout sera mis en œuvre pour le sauver.

Si, au détour d’une promenade ou sur le bord de la route, vous trouvez des animaux blessés qui semblent avoir fait l’objet de braconnage, ou bien des animaux blessés en période de chasse, prévenez immédiatement un agent compétent en matière de Police de la chasse et de protection de la nature en composant le 01 30 46 60 56 ou 85 afin qu’ils dressent un procès-verbal de constatation.

Les animaux seront abattus, saisis et emmenés à l’équarrissage. Par contre, si l’auteur du tir ou un détenteur du droit de chasse est présent sur les lieux, il doit impérativement achever l’animal sans délai afin d’abréger ses souffrances, même si la Police de la chasse et de protection de la nature n’est pas encore arrivée.

Si ce sont des espèces protégées, elles seront acheminées vers un centre de sauvegarde de la faune sauvage.

Il faut savoir que les animaux sauvages, tels que les animaux de la forêt ont un statut pour le moins étrange, puisqu’ils sont qualifiés dans le droit Français de « bien n’appartenant à personne ».

Seul celui qui l’a mis à mort ou celui qui l’a découvert, peut en revendiquer la propriété, sous certaines conditions. Il faut notamment que ce soit en période de chasse, et que l’espèce ne soit pas protégée pas la réglementation en vigueur, comme c’est le cas par exemple de la belette, du putois, de la fouine, de la martre et de l’hermine, qu’il est interdit de transporter.

Avouons que le mieux, c’est quand même de bien ouvrir l’œil et de ralentir, surtout lorsqu’on traverse une forêt. Alors, ouvrez l’œil !

N’oublions pas que « la prudence est la mère de toutes vertus » surtout quand on a un chien perdu !

Autres questions :

QUELS ALIMENTS SONT TOXIQUES POUR LE CHIEN?

QUE FAIRE QUAND ON A PERDU SON CHIEN?

COMMENT APPRENDRE LA PROPRETE A SON CHIEN?

QUAND FAUT-IL VERMIFUGER SON CHIEN ?

QU'EST-CE QU'UN GRIGRI DE GENNEVILLIERS ?

Partager :



Laisser un commentaire :

Nom * Requis
Email * Requis, non affiché
Anti robots - Combien font 1 + 1 * Requis, répondre par un chiffre

Vos réactions

Par Soutoul Anna, le 23-10-2014

S’il s’agit d’une espèce protégée, tout sera mis en œuvre pour le sauver.

Est ce que cela veut dire que si c'est une espèce autre que protégée, elle n'a pas le droit a ce que tout soit mis en oeuvre pour lui venir en aide et la sauver ?

Et selon vous quelles sont les espèces protégées, les loup et les ours qu'on réintègre dans la nature pour ensuite les abattes sauvagement pour soit disant protéger le bétail de ceux qui veulent être éleveurs mais qui ne souhaitent pas surveiller leur bétail, car ça fait beaucoup trop de travail et tout ça avec la bénédiction de notre gouvernement et nos élus locaux, ou bien des autres espèces que des braconnier exterminent sans aucun état d’âme ?